fermer la fenetre

DÉCOUVREZ COMMENT OBTENIR UN CORPS MINCE ET TONIQUE QUAND ON A PEU DE TEMPS DEVANT SOI

Marathon de Prague 2014

Dans cet article, j’ai demandé à un ami, Christian, de nous raconter comment s’est déroulé son 3ème Marathon à Prague. 

Premier marathon à l’étranger.

Mon premier marathon à l’étranger était celui de Prague, en République Tchèque qui s’est couru le 11-05-2014. Celui-ci était mon 3eme, après Lille et la Rochelle en 2013.

marathon de praguePrague est une ville magnifique, les gens y sont accueillants. La ville possède de jolis quartiers et de magnifiques ponts.

L’organisation était excellente, petit plus le stand « RUNCZECH » à l’aéroport la veille du marathon pour orienter les voyageurs, une attention plus qu’appréciable.

Au village marathon il y avait un grand nombre de marques présentes. Pour faciliter la circulation dans le village et trouver facilement le stand de retrait des dossards, des lignes de couleurs avait était tracées au sol, il suffisait de suivre une couleur pour arriver au stand recherché (Bleu pour le retrait dossard).

La veille de la course :

Petit footing (20’) juste histoire de faire tourner les jambes.

Jour J :

Le départ par SAS est donné à 9h00. Le passage sous l’arche de départ s’est effectué en 7min. pas de bousculade et de piétinement, les meneurs d’allures sont déjà partis loin devant moi.

marathon de prague

Passage sous l’arche de départ, la course commence. Je me cale à un rythme naturel répété à l’entrainement, une vitesse à laquelle je ne force pas, les premiers kilomètres s’enchainent sans aucun souci.

  • 10eme kilomètre : je me trompe dans mon calcul de mon allure, je ne lève pas le pied, mais je suis très bien, je ne force absolument pas et je remonte tranquillement les coureurs.
  • 15eme kilomètre : la pluie s’invite à la course, c’était prévu par la météo.
  • 22eme kilomètre : je dépasse le meneur d’allure des 4h00, parti devant moi.
  • 25eme kilomètre : les temps de passage se maintiennent, je me sens bien à cette allure, je poursuis ma course, je ne rate aucun ravitaillement, et je bois à chacun d’eux.
  • 30eme kilomètre : tout allait bien jusque-là. Grosse douleur à la hanche qui me stoppe net dans ma course. J’ai laissé passer la douleur, puis je me suis remis à courir doucement. Ma femme est entrée sur le parcours peu après et m’a accompagné jusqu’au 33eme kilomètre.
  • 33eme kilomètre : malgré ma hanche douloureuse, ma femme m’encourage à aller jusqu’au bout.
  • 41eme kilomètre : au passage de cette borne quel que soit la douleur on s’accroche et on termine en courant.

L’arrivée : l’arrivée s’effectue par l’avenue bondée de monde, qui nous encourage et nous félicite. Mais pour moi le moment le plus beau est lorsque je vois ma femme à l’arrivée qui me regarde avec fierté. Pour moi cela vaut toutes les récompenses du monde, car sans elle pour me soutenir, jamais je n’aurais été au bout de ce marathon.

Chose essentielle.

Pour aller au bout d’un marathon il faut pouvoir s’accrocher à quelque chose lorsque cela devient difficile, lorsque les jambes ne veulent plus avancer. Il faut aussi être supporté lors des entrainements. J’ai la chance d’avoir trouvé ma femme qui me soutient et me permet d’aller jusqu’au bout. Et je souhaite à chacun d’avoir la chance de trouver cette personne exceptionnelle comme moi j’ai trouvé la mienne.

Fabien : Christian, peux-tu nous décrire brièvement ta préparation ?

Plan d’entrainement.

Le plan d’entrainement choisi pour préparer ce marathon est un plan sur 12 semaines avec 3 séances hebdomadaires, que j’ai déjà appliqué pour mes deux premiers.

La préparation se décompose en 2 phases la préparation générale (3 semaines), la préparation spécifique (9 semaines).

marathon de prague

marathon de prague

marathon de prague

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci Christian et on se donne rendez-vous pour le 4ème….

marathon de prague

Laissez un commentaire

Mentions légales
%d blogueurs aiment cette page :